Chaque année, de plus en plus de citadins quittent la ville pour la campagne. Poussés par des raisons personnelles et bien souvent écologiques, ils font le choix d’un mode de vie raisonné en accord avec les valeurs qui les animent. Cela explique la tendance croissante des maisons en bois bioclimatiques ou des maisons passives, et l’attachement aux différentes méthodes d’économie d’énergie. Certaines entreprises comme Chaletdejardin.fr s’engagent à proposer des maisons avec une structure en bois issu de forêts durables. Un premier gage d’éco-responsabilité. Mais quel est le secret de l’efficacité énergétique de ces maisons sur le long terme ? 

L’optimisation énergétique : de la conception à la construction 

De manière générale, les maisons en bois sont pensées pour ne nécessiter que peu, voire pas, de dépenses en termes de moyen de chauffage. L’avantage du matériau bois, est qu’il a la capacité de réguler naturellement le taux d’humidité et d’emmagasiner ou de restaurer la chaleur lorsque c’est nécessaire. Ainsi, les maisons en bois éco-conçues ont la capacité d’auto-réguler la température intérieure seulement à partir de la chaleur dégagée par ses habitants et les appareils électro-ménagers dont ils disposent. 

Si le principal secret de l’efficacité énergétique de ces maisons réside dans le choix du matériau de construction, cette dernière repose également sur le fait que des solutions d’ingénierie à faible consommation d’énergie sont intégrées dès la première étape de développement du projet de maison en bois, à savoir la conception. Pour une maison irréprochable en termes d’économies d’énergie, on anticipera donc l’isolation thermique du sol, l’orientation des fenêtres et l’inclinaison du toit pour optimiser le rendement d’éventuels panneaux solaires. 

maison bois

La prise en compte de l’orientation et de la zone climatique 

Si le choix de l’architecture d’une maison doit être fait en fonction des caractéristiques individuelles, il est également primordial de prendre en considération les conditions climatiques de la région ciblée. Il est bien connu, par exemple, que la position de la maison en fonction de la direction cardinale a son rôle à jouer. On s’adapte alors à l’exposition à la lumière du soleil en fonction de l’heure de la journée et à la puissance sa chaleur au cours de l’année.

Une orientation et des ouvertures optimisées permettent également de bénéficier de la lumière naturelle sur plus de 80% de la journée. Le constat se fait immédiatement sur la facture d’électricité. De manière générale, il est recommandé de placer les pièces à vivre au sud afin que ces dernières bénéficient de la lumière et de la chaleur du soleil sur une plus longue partie de la journée. Les chambres se placeront de préférence à l’est, pour bénéficier de la lumière matinale et éviter le soleil couchant. Enfin, les pièces comme la salle de bain, les toilettes, la buanderie ou encore le garage pourront être placées au nord puisqu’elles sont utilisées, la plupart du temps, de manière ponctuelle.

Miser sur l’isolation thermique 

Une fois de plus, le matériau bois permet d’avoir une longueur d’avance. Il est à lui seul un excellent isolant thermique et acoustique. Pour une construction bois encore plus économe, il est tout de même recommandé d’optimiser l’isolation thermique. Cela passe par l’ajout d’un second isolant mais également par le fait de minimiser tant que possible les zones de perte de chaleur. Savez-vous que plus de 40 % de la chaleur passe par les murs d’une maison ? Il est donc important de prendre en considération les facteurs suivants :

– L’évolution de la structure au cours du processus de rétraction du bois 

– Le raccordement exact des joints

– L’isolation maximale des points de jonction du toit

La maison perd 20% de la chaleur par le toit. Elle doit être isolée avec le même matériau que les murs. En tenant compte du choix du matériau d’isolation et de la conception architecturale de la maison, il faut se rappeler que l’épaisseur de la couche chauffante ne doit pas être inférieure à 20 cm. Elle doit être prise en compte par les concepteurs lors de l’élaboration des structures porteuses, afin qu’elles résistent à la pression de l’isolant choisi.

Pour résumer, s’il est bien connu que la consommation énergétique d’une maison dépend en grande partie de son moyen de chauffage, une approche plus globale, dès la conception permet de réaliser de belles économies tout en préservant l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *